Tiya

De Wikikongo, l'encyclopédie libre du groupe linguistique kôngo.
Aller à : navigation, rechercher

Traduction courante

Tiya: feu, chaleur.

Singulier, Pluriel

Singulier : Tiya

Etymologie


Concepts dérivés

  • Atiyaki: thermique.
  • Tiyatezi: thermomètre.



Synonymes


Exemples de composition

  • Tiya tuansemi: le feu créateur.
  • Simbi kia tiya: le génie du feu.
  • Kumbi dia tiya: char de feu
  • Kisisi kia Tiya: le bois allumé
  • Kia kua Ntangu: la lumière solaire


Proverbes


Thématiques

Introduction

Tiya chez nos ancêtres les kongo et selon notre propre paradigme

Tiya munama we na nsatu M'toto, Mamba, Mpepe-Tembo, kati ka gâna na nsamina.( le feu à besoin, de la terre ou la matière, l'eau et l'air pour qu'il donne la lumière, pour qu'il nous éclaire).

nous allons faire ici un petit retour dans notre conscience historique. pour commencer, nous allons tranché, sans choquer selon notre propre paradigme, que la notion de race n'existe pas, en toute rigueur scientifique, c'est l'homme noir qui en sortant du continent Africain va peupler le monde entier. ce n'est pas une gloire, mais il n'y a qu'une seule race et les mêmes capacités intellectuelles, disait le professeur et savant Cheikh Anta Diop. la science comme une vérité historique, jusqu'à ce que d'autres éléments contradictoires viennent démentir ce que nous disons.

la science actuelle ne dit pas le contraire et le colloque international d'égyptologie en Égypte au Caire en 1974 non plus. le savant et professeur Cheikh Anta Diop(Sénégal) et le professeur Théophile Obenga(Congo) ont participé, avec tous les grands noms, spécialistes du monde scientifique et les grands égyptologues occidentaux. le professeur et savant Cheikh Anta Diop(Sénégal) et le professeur Théophile Obenga(professeur à l'université Marien Ngouabi) sont sortis victorieux à tous les points de vue(race, langue, et culture).

Théophile Obenga dans son livre "le sens de la lutte contre l'africanisme eurocentriste" disait: en parlant du bavardage africaniste, en répondant très brièvement à ces mêmes africanistes dans son livre. " Cette unité(de l'égyptien et des langues africaines modernes) est acquise depuis qu'elle a été pratiquement ratifiée par des archéologues(égyptologues, archéologues, philosophes et grammairiens) au fameux colloque égyptologique organisé par l'Unesco au Caire en 1974" Il poursuit: " Fameux ce colloque qui avait réuni S. Sauneron, J Leclant, Vercoutter(France), T. Säve Söderbergh(Suède), P.L. Shinnie(Canada), W.Kaiser(Allemagne), Mme J Gordon-Jacquet(USA), F.Debono(Malte), L.Habachi(Egypte), R.Holthoer(Finlande), G.Mocthar(Egypte), Ankylosé(Hongrie), A.M. Abdalla(Soudan), C.A Diop(Sénégal),Théophile Obenga, etc".

Les positions Africaines, au cours de ce célèbre colloque international, furent concluantes. Les africainistes incompétents peuvent jaser tant qu'ils voudront, mais avec ce colloque historique ils ne peuvent pas jouer, ces haineux africanistes, à Jacques a dit". Ces propos sont du professeur et Savant Théophile Obenga qui était aussi au colloque d’Égyptologie du Caire de 1974.

Nous ne reviendrons pas sur ce colloque, qui avait été initié par l'UNESCO. la conclusion de ce colloque est sans équivoque et admettait bel et bien que l’Égypte antique pharaonique était un royaume africain, sur le continent africain, était donc géographiquement en Afrique, et non au "proche-Orient" ou en "Asie antérieure" ou "mineure" et que les Égyptiens étaient des Africains, et des noirs, des kamits( des êtres qui sont nés, la ou le soleil frappe très fort, avec une peau faite pour supporter les radiations du soleil. les kamit sont donc, un référentiel culturel du monde, et le feuTiya en Kongo avec.

Cosmogonie Égyptienne

cette transition nous permet d'aller faire un petit tour dans la cosmogonie Égyptienne, dans les divinités Égyptienne et cela pour situer à quel niveau se manifeste les quatre éléments dans la Cosmogonie Égyptienne: l'eau(Mamba), la terre(M'toto), l'air(Mpepe-Tembo) et le feu(Tiya).

dans cette Cosmogonie: nous avons à l'origine le Noun la matrice originelle, le monde des vibrations premières, de là ou tout est parti, l’incréé ). Du Noun naquit:

Ré ou Ra:l'étape de midi, le soleil au Zénith, Atoum: qui n'est autre que le (Muntu) le soleil couchant, notre Adam après explosion du big bang, la particule primordiale et Khépri: le principe du mouvement, la manifestation de la lumière, la source de vie, le soleil levant: qui est symbolisé aussi par le scarabée.

ensuite Atoum va engendrer à son tour: Shou ou chou: Air et lumière, souffle pur, divin et Tefnout: humidité l'eau, principe de toute vie.

et Shou ou chou: Air et lumière et Tefnout: humidité l'eau, vont engendrer deux autres divinités Geb: la terre:principe de la matière, qui crée les minerais et les plantes et Nout: le ciel notre voûte céleste: principe de la spiritualité. de Geb: la terre et de Nout:le ciel, naquit Osiris(Ousiré: le fils de Dieu), Isis(Aset): son épouse la fille de Dieu et Seth: archétype du désordre introduit dans la création et Nephtys et l'union d'Osiris(Ousiré) et Isis(Aset) naquit un fils nommé Hérou Hor, Horus pour les grecs anciens.

nous retrouvons ici les quatre éléments dans la Cosmogonie Égyptienne: la terre(M'toto), l'eau(Mamba), l'air(Mpepe-Tembo), le feu (Tiya). Les quatre piliers fondamentaux de la vie dans la création. Ce sont ces mêmes quatre éléments qui forment l'autre nom divin de Dieu, soit Amon-Râ les quatre éléments(la terre, l'eau, l'air, feu). chez les kamit kongo, l'eau est la mère du feu. c'est l'eau qui produit le feu. L'eau contient un feu. chez les Kamit Tiya est toujours associé au soleil.

Nous ne devons pas avoir peur, ni honte un seul instant de dire que l'Afrique est le berceau de l'humanité, et cet homme qui est né le premier au monde, était Kamit noir et qu'il est né géographiquement en Afrique. le Kongo est donc le cœur de cette naissance. le cœur du monde la ou est né le premier Muntu: l'homme en général et le feu(Tiya). la transition est faite. Ce feu (Tiya) qui sublime aujourd'hui le monde, nos ancêtres kongo(les Bakulu) ont été les premiers à connaitre et à découvrir son mystère. aujourd'hui encore devenu un geste banale mérite une grande attention(Tiya), nous ne faisons pas d'amalgame, nous faisons ici le voyage au plus profond de la conscience historique et culturelle.

La symbolique kongo du feu(tiya)

le tiya(Feu),: pour que le feu se manifeste il faut que les trois autres éléments, Ntoto(la matière), mamba(l'Eau), mpepé-tembo(l'Air), interagissent ensemble. ce sont les éléments de base qui rentrent dans la composition de notre vie sur terre, toute les créatures au monde sont constituées des quatre éléments. ce feu(tiya) qui est symbolisé contemporainement par une bougie qui brûle aujourd'hui. la cire qui brûle c'est la matière ou ntoto, quand la cire brûle il se transforme en eau (mamba) qui coule et grâce à l'air(mpepé-tembo) la flamme brûle.

pour recevoir le don du feu sacré, il faut faire beaucoup de sacrifices. c'est la cire qui symbolise le sacrifice au profit du feu(tiya) et de la lumière. Pour qu'il y ait feu(tiya) en nous, il faut donc accepter de sacrifier, des choses en nous afin de pouvoir brûler et briller. Pour qu'il y ait feu(tiya), il faut brûler aussi symboliquement toutes les mauvaises vibrations, et toutes les mauvaises énergies en nous. c'est le même principe que la bougie qui brûle. nous devons brûler notre ego par exemple. tout ce qui nous empêche de nous élever dans notre vie spirituelle. il faut donc essentiellement et nécessairement tendre vers la Maat,(vérité, justice et l'équité).

nos ancêtres connaissaient ce principe du feu(tiya) qui doit brûler en nous, notre (mba) et son mystère. Le feu(tiya) du mbongi est un mba. ce feu(tiya) qui symbolise le partage le(mbo). Ce feu(tiya) compose aussi avec le nga qui est l'eau universelle en ngi l'eau intérieur.

nous constatons là aussi, le principe de la manifestation du don de soi (le corps d'Osiris coupé en morceau par Seth qu'ISIS son épouse va reconstituer, c'est aussi la passion d'Osiris(Ousirê)). le don de soi de la cire ou du bois qui consume au mbongi au profit du feu(tiya) et de la lumière. le même principe se manifeste en l'homme, qui est symbolisé par le feu(tiya) du mbongi qui ne doit pas s’éteindre par définition. symboliquement le feu(tiya) du mbongi doit brûler tous les jours pour former les Bantu en kimuntu, parce que c'est dans le mbongi que nous recevons une formation de la vie, attention tout cela autour du feu, c'est dans le mbongi autour du feu(tiya), que la Maat(la vérité, la justice, l'équité), la justice cosmique, la vrai justice s’enseigne et se manifeste. pour qu'il y'ait feu(tiya) au mbongi, il faut que les trois éléments travaillent ensemble, la main dans la main, il s'agit de l'air(mpepé-tembo), l'eau(mamba) et la matière(ntoto). le feu(tiya) au mbongi c'est le même principe c'est le bois qui se consume et se sacrifie au profit du feu(tiya) et de la lumière qui éclaire l'homme. C’est la chaleur du feu(tiya) qui est créatrice de la vie. le sacrifice est le fait d'un feu intérieur(mbi), seul celui qui brûle intérieurement est capable de se sacrifier. Ceux qui sont éteints intérieurement sacrifient les autres. Ceux qui sont allumés se sacrifient. La chaleur intérieure(mbi) se sacrifie; le froid intérieur sacrifie. " d'ailleurs l'on parle bien de tuer froidement. Pour tuer, il faut d'abord être froid. La chaleur intérieure(mbi) propage la vie. Le froid intérieur propage la mort. Pour le mbongi de kongo, le feu divin se déplace; il est itinérant: l'on parle alors de mbo. Lorsque cette énergie de la profondeur se manifeste pour mettre en mouvement le feu divin, on parle alors de ndembo.

le nom véhicule et renferme des forces du feu(mbu). Nkumbu ce qui signifie: dans la douceur(nku), soit une véritable force de feu(mbu). si le corps n'est pas préparé à accueillir le feu, les gens tombent dans la colère, dans les violences verbales, et corporelles.

Nsaku kimbembe dans son livre Ntangu y fueni: il dit Tiya: signifie maintenant, ouvre toi au-delà; ouvre toi sur le monde du feu(tiya). Qu'est ce que le feu(tiya)? le feu est une porte qui ouvre sur l'au-delà. Parce qu'aux yeux des Bakongo, le feu(tiya) représente la limite du monde physique et du monde non physique. Il est le nkeko de ces deux mondes. Nkeko est le seuil de l'univers. Avec le feu(tiya) il est plus facile d'entrer en communication avec le monde divin. Ce qui explique la présence des bougies dans les séances spirituelles des ngunza. Pourquoi les ngunza allument-ils le feu(tiya) avant la cérémonie spirituelle? Parce qu'ils savent que seul le feu(tiya) peut les introduire dans les régions subtiles de l'univers et faire que leur pensée et leur voix soient entendues dans les sphères supérieures.

La liturgie ngunza du feu est d'importance capital. Pourquoi? parce que le feu est capable de tout transformer. Il transforme tout en lumière(kia), soit le ki-ya. Le ki-ya(feu) est le corps intériorisé du feu qui brûle. Kiya(feu) désigne le quaternaire( le nombre 4). Kiya(feu) renferme la lumière et la chaleur. C'est la chaleur qui importe ici, du fait que la lumière peut éclairer sans chauffer: chauffer implique rapprocher.

Tout ce qui est inutile est à jeter au feu. La prière ngunza se déroule autour d'un grand feu. Pourquoi? parce que la prière est perçue comme un acte ou l'on jette toutes les impuretés et inutilités de la vie à ce feu(tiya). En les jetant dans le feu physique, il brûlent dans le feu subtil: le mba divin. Lorsqu'on brûle ce qui est inutile, on en bénéficie soi même.

Ti-ya(feu) contient wa-ni. qui consiste à se mettre à l'écoute (wa) de sa propre divinité signifie écoute ta voix intérieure. Dans Wani tiya(feu) est également contenue ravi ou davi, la possession intérieure(vi)de la goutte initiale. Par ou passe cette goutte initiale de la vie? En supprimant le r ou le d, nous obtenons avi. En inversant avi, nous observons via ou viya. viya est la possession intérieure de l’énergie du feu qui brûle(ya). Cette possession contient le via ou mvia( le pénis, en langue kongo). De quoi est composé cette possession? L'homme-mâle est un feu(mvia). Mvia, c'est mvi-ya: la possession intérieure qui brûle. Qu'est ce que la possession intérieure (mvi)? est le désir. Ce désir brûle(ya). D’où nous avons le nom mvia. Le nom de l'organe masculin(sexe) découle de tiya(feu). Tiya dégage des forces de l'écoute(wa). Ecouter quoi? Ecouter le ni. Qu'est ce que le ni? Le ni est la force intérieure et divine située dans chaque individu et chaque être en tant que conscience.

Le feu purificateur chez les kongo