Kimpa Mvita

De Wikikongo, l'encyclopédie libre du groupe linguistique kôngo.
Révision datée du 23 novembre 2014 à 22:02 par Mounanou (discussion | contributions) (Quelques Hiérarchies : « Zita dia Nza », « Mbumba Luwa », « Mase ye ngudi »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Introduction

Il est difficile de comprendre l’histoire de la vieille nation « Kongo dia Ntotela » sans s’intéresser à sa dynamique initiatique spirituelle. Il en va de même pour la compréhension de l'histoire de Kimpa Mvita ou Kimpa Vita, alias Dona Beatriz. Pour mieux saisir le contexte de l’avènement de Kimpa MVita et par suite saisir les aspects subjectifs et objectifs du projet de Kimpa MVita, il nous a paru inévitable d’introduire un certain nombre de concepts de base à orientation initiatique. Dans la suite de l'article, même si historiquement, Mbanza Kongo désigne la capitale de l’Ancien Royaume, dans la tradition ngunza, Mbanza Kongo désigne aussi la totalité de l’Espace vie Kongo, notamment les territoires des états de R.D.Congo, R.Congo, Angola. Sur le plan subjectif, dans la tradition ngunza, ce terme s’applique aussi aux bena kongo disséminés dans le monde (Canada, Usa, Martinique, Guadeloupe, Haïti, Cuba, Colombie, Venezuela, Brésil, Europe, …)

Contexte de l’avènement de Kimpa Vita

Qu’est ce qu’un ordre initiatique spirituellement orienté du point de vue ngunza ?

Un tel ordre initiatique est une institution humaine munie d’une relation d’ordre et dont la dynamique, le cursus de formation théorique et pratique tendent à opérer une intégration de la personnalité des aspirants. Cette intégration a lieu par l’effort personnel de l’aspirant lui-même et le travail de la hiérarchie spirituelle agissante dans le respect absolu des lois spirituelles, notamment « nsiku wa m’kanu », la loi de rétribution karmique. L’intégration en question est en fait, in fine, un processus d’alignement du point de focalisation de la conscience de l’individu avec son dieu intérieur « Mbongi ya kimpeve mu muntu », l’âme.

Qu’est ce qu’une hiérarchie spirituelle du point de vue ngunza ?

Du point de vue ngunza une hiérarchie spirituelle est une source informante et agissante dont la première prérogative est d’aider l’humanité à coopérer avec le dessein divin dans l’espace et dans le temps et cela, selon la spécificité de la nation, du groupement humain, de l’individu concernés. Une hiérarchie spirituelle, pour le ngunza, n’est pas et ne saurait être, une institution signalée et dont on chuchote l’existence afin de ne pas être pris pour un illuminé. C’est une sphère avec laquelle le contact est en ligne directe et dont la réalité est évidente pour l’aspirant qui commence à se réaliser !

Quelques Hiérarchies : « Zita dia Nza », « Mbumba Luwa », « Mase ye ngudi »

« Zita dia Nza », le Soleil de Sirius, est une Hiérarchie dont l’influence dans le Kingunza est clairement enregistrée en raison de bien de phénomènes attribués à l’action spécifique des Membres de cette Hiérarchie. « Mbumba Luwa », le Soleil spirituel de notre système, dont très peu de choses du point de vue ngunza peuvent être dites. Qu’il suffise de dire que cette Hiérarchie est considérée dans les méditations ngunza assignées. « Mase ye ngundi », la Hiérarchie spirituelle planétaire à la tête de laquelle se trouve cet Aîné que les ngunza nomment Mfumu Kimpeve, connu en Orient sous la désignation de Seigneur Maitreya, l’Imam Madhi chez les mahométans, l'Instructeur mondial chez les chrétiens,et dont Mfumu Mikangu, le Maître Jésus, est un des collaborateurs. Mfumu Kimpeve n’a pas de religion puisqu’elles émanent toutes de sa Demeure ! La Hiérarchie de « Mbanza Kongo ya Mazulu » est une institution du cinquième règne, le règne spirituel, rattachée au Kingunza et à l’Espace vie Kongo, Mbanza Kongo. Cette institution spirituelle, est sous la Régence de « Muanda Kôngo, Mfumu mpandu », le Maître des initiations Ngunza. Elle est néanmoins sous l’Autorité de Mfumu Kimpeve, l’Instructeur du Monde. L’Unique Régent du Kingunza est Muanda Kôngo

Qu’est ce que le Kingunza ?

Le kingunza est une pratique initiatique spirituelle de tradition kongo qui ne se définit qu’à travers l’alignement avec la Hiérarchie spirituelle de « Mbanza kongo ya mazulu ». Cette Hiérarchie est sous la Régence de « Muanda Kongo, Mfumu mpandu ». Selon la tradition ngunza, les initiations dans le kingunza sont de même essence que le corpus des primes initiations de Nguipiti, l’ancienne égypte ! Le Régent du « kingunza », Muanda Kongo est un Grand être qui n’est pas issu du règne humain. C’est un « mbaji ya ngudi », un deva évolué, dans la terminologie chrétienne, on parlerait d’Archange évolué.

Quelques éléments d’histoire du Kingunza

Très répandus dans l’ancien Royaume Kongo, les ngunza évoluaient en petits groupes qui étaient composés d’un détenteur de la « flamme » de rang de ntuadisi ou ntumua assisté de 2 à 3 aspirants. A l’exception de ceux qui étaient membres du Lemba, la plupart des ngunza sillonnaient le royaume « mu sadisa ma kanda », apporter une assistance spirituelle aux individus et aux familles en général, quand ce n’était pas pour un village tout entier. Ils étaient aussi le référentiel de la culture Kongo. Nombre des éléments de la culture kongo, aujourd’hui abandonnés restent inscrites dans la tradition ngunza ! La tradition ngunza affirme qu’un jour de mpika (troisième jour de la semaine Kongo qui en compte quatre), Nzambi a Mpungu Tulendo, Parla en Mbanza Kongo et toute oreille humaine put l’entendre ! De fait le jour de mpika est le jour sacré du kingunza. Le fonctionnement actuel en « mbongui za kimpeve », loges, est une forme que l’on doit à la grande initiée ngunza Kimpa Vita (Dona Beatriz),1684-1706.

Qu’est ce qu’un ngunza ?

Si le Kingunza est l’expression de la vibration spécifique attachée à Mbanza Kongo, via Mbanza Kongo ya mazulu, un ngunza est un canal emprunté par les énergies liées à cette vibration pour le « nza », le plan manifesté. Il fut demandé un jour à un vieil initié ngunza, qu’est ce en définitive un ngunza ? Ce dernier répondit : « ngunza, muningu wa Mampungu mu nza ». En d’autres termes Dieu a permis que l’aspirant ngunza accueille des « bidimbu », implants divins (étoiles, croissants de lune, croix des éléments, …) de feu, de telle manière que si le récipiendaire est en alignement réussi avec la demeure de Muanda Kongo, l’aspirant ngunza vibrera de manière synchrone avec les sphères célestes supérieures. L’enseignement ngunza de Nsinda Mpandu apprend que dans NGUNZA il y a l’énergie du « NGU » appliquée au « NZA » c’est-à-dire au plan manifesté, « NGUN-NZA ». NGU émanation du verbe originel de TUKANU, Dieu du fondement des origines, le Déterminant des éternités, est surtout l’expression du Feu dont a été dotée la Hiérarchie spirituelle ngunza, Mbanza Kongo ya Mazulu. Kingunza]] est alors l’ensemble des enseignements et des processus d’expression du ngu « bonso buenina Lutumu lua Ma Mpûngu ». Si le but de tout processus initiatique évolutionnaire est de faire en sorte que l’être puisse atteindre à la conscience du « mbongi ya kimpeve mu muntu », le corps causal, et ensuite à celle du « lundji », la monade, le père dans les cieux, la voie ngunza engage en plus, l’être dans la sphère des énergies du NGU. Energie à laquelle sera soumise Kimpa Vita l’initiée.

Des origines de Kongo dia Ntotela

Certains auteurs font remonter l’établissement des kongo, dans l’espace vie, au 4ème siècle au début des années 300. Ce sont là des données qui relèvent d’annales akkashiques et dont la réalité scientifique ne peut être établie que par des fouilles archéologiques sérieuses. Du point de vue de la tradition ngunza, l’établissement des bena kongo dans l’espace vie actuel est le résultat d’un périple parti de Nguipiti (ancienne Egypte) en passant par l’Afrique de l’Est (Zimbambwe, …), l’Afrique du Sud, pour finir en Mbanza Kongo, « nsi ya nsilulu », le pays prédestiné ! Le mouvement qui décida le groupe, à marcher en direction du « nsi ya nsilulu », est attribué à une instruction de « Muanda Kongo, Mfumu mpandu » donnée à un ntumua. Il lui demanda de réunir ses adeptes et de sortir d’Egypte pour une destination qu’il préciserait au fil du périple. Un membre de l’aristocratie spirituelle Kongo situe cet évènement en 220 av. JC. Nous ne trouvons pas crédible, la thèse assez répandue du fondement du Royaume Kongo vers les années 1200. Nous ne croyons pas du tout à la mise en place d’un royaume aussi structuré que l’a été Kongo dia Ntotela en l’espace de trois siècles, puisque les portugais vont débarquer en 1482 et y trouver un royaume dont les institutions traduisent déjà une gloire qui commence à passer !

Eléments de structure et fonctionnement de Kongo dia Ntotela

Kongo dia Ntotela, eut un mode de gouvernement dont l’accès au pouvoir se faisait par élection. Ce n’était pas un suffrage universel, mais de grands électeurs désignaient le « Ntotela » parmi les éligibles. A côté du pouvoir formel, siégeait selon des critères initiatiques spirituels, une institution dénommée « Lemba ». Le Lemba était l’interface entre « Mbanza Kongo ya Mazulu » et le pouvoir politique. Lemba était également l’institution qui formait les cadres du Royaume. Lemba était si stratégique dans la gestion des affaires du Royaume, qu’on peut considérer que le plus grand acte rétrograde qu’on ait infligé au Royaume de « Kongo dia Ntotela » fut la déstabilisation, puis la destruction du Lemba sur le plan manifesté. La disparition du Lemba accéléra la perte de souveraineté de Ntotela sur le Royaume. Quelques deux siècles après l’arrivée des portugais, l’esclavage devint si intense qu’on enregistra le départ en captivité des membres de l’aristocratie. Tout ceci devait aboutir à la guerre d’Ambuila en 1665 où Ntotela fut décapité. Mafuta Apollonia, une initiée ngunza assistât à cette décapitation.
C’est Mafuta qui ensuite assura le coaching initiatique de Kimpa MVita la grande initiée ngunza. Celle là même qui devait plus tard ébranler ce qui restait du royaume sur les plans spirituel, politique et social.

Le projet de Kimpa Vita au 18ème siècle

Kimpa MVita est née en 1684 d'une famille d'aristocrate.
L’analyse de l’action de Kimpa MVita devient très aisée dès lors qu’on lui reconnait son statut de ngunza, qui présuppose la relation privilégiée avec la hiérarchie spirituelle « Mbanza Kongo ya Mazulu ». Autrement dit le statut d’un être dont l’intériorité subjective est soumise aux énergies du « Ngu » et fait de lui un « ngu-nza ».

Sur le plan spirituel ou religieux

Elle fait partie du groupe de ceux, dans le royaume, qui estiment que les catholiques n’ont pas à rythmer la vie spirituelle de la nation. Mais cette posture a très peu d’espace dans une classe dirigeante, convertie au catholicisme depuis près de 3 siècles. Mais, avec son remarquable talent d’organisatrice, elle va structurer les ngunza en mbongi, mabundu, loges. Le rituel du kingunza prend alors une tournure jamais atteinte en Kongo dia Ntotela à son époque. La hiérarchie spirituelle de « Mbanza Kongo ya Mazulu » doit être remise à l’honneur et la recherche de la relation du peuple avec cette hiérarchie stimulée. Le succès de cette entreprise est telle que le pouvoir ecclésiastique est inquiet et un projet d’ampleur est conçu pour l’abattre. On ira jusqu’à lui proposer une fortune en nzimbu, afin qu’elle lâche cet aspect. N’est-il pas rapporté qu’a son passage les églises catholiques se vidaient pour grossir ses rangs.!

Sur le plan politique

Elle, comme Mafuta Appolonia avant elle, a reçu des injonctions de La Hiérarchie spirituelle ngunza, demandant que le Roi Pedro IV, descende de sa forteresse pour s’établir à Mbanza Kongo, la capitale de ce qui reste du royaume. L’injonction précise que si cela n’a pas lieu un désastre est à craindre pour l’avenir du royaume. A la faveur des guérissons miraculeuses qu’elle opère et de sa qualité d’oratrice, investie du « ngum », aidée par Mafuta, elle organisa une marche jusqu’au Mont Kibangu où réside le Roi, en tous cas celui qui détient encore les insignes de la royauté. Mais malgré l’allégeance qui lui est faite par ses rivaux, le Roi Pedro IV, trop timoré n’osa jamais aller s’établir à Mbanza Kongo. Sous l’éclairage de Mbanza Kongo ya Mazulu, la hiérarchie spirituelle du Kingunza, et en tant que ngunza Kimpa Vita déplore l’incapacité de Kongo dia Ntotela à se reconnaître dans le dessein qui lui est proposé par la hiérarchie spirituelle. La reconquête de la souveraineté du Royaume reste le projet politique de Kimpa Vita.

Sur le plan social

Elle fustige le pillage des biens du royaume. Elle encourage ses compatriotes à ne pas se laisser endormir par les propos qui sont mis en avant par les missionnaires religieux, une bible dans une main et un contrat de business avec un esclavagiste dans l’autre. Le Roi ira jusqu’à écrire à son homologue du Portugal pour réclamer la révocation des curés qui se soucient essentiellement de l’enrichissement matériel. Elle insiste sur l’analyse de l’intention chaque fois qu’un propos est tenu : « Dieu Veut l’intention » affirme t-elle ! En somme, elle invite ses adeptes à prendre en main leur propre destiné, bref à réaliser le Kimpuanza aussi bien pour le Royaume que pour l’individu. Dans Kimpuanza, on reconnaitra, ki-mpu-a-Nza, l’exercice du libre arbitre que le divin a permis à l’humain. Kimpuanza est une donnée dont la dimension spirituelle permet d’affirmer, selon l’enseignement de Nsinda Mpandu, qu’il s’agit d’une contraction de Ki-Mpu-Kia-Ma Mpungu-mu-Nza. L’exercice du libre développement de l’individu en tant intermédiaire divin.

Le projet de Kimpa Vita à l’épreuve de la modernité

Le combat de Mvita Kimpa a laissé dans la conscience collective des bena Kongo, une semence dont le développement est à venir. Malgré la période de relative obscuration, de près de deux siècles, cette semence a produit les combats de personnalités telles que Simon Kimbangu, André Grenard Matsoua, Simao Ntoko, …. De fait, le combat de Kimpa Vita, sur un niveau différent de la spirale, est la matrice des combats de Simon Kimbangu, André Grenard Matsoua , Simoa Ntok.

A l’ère où la virtualité prolonge le réel, il est une institution capable de s’imposer comme l’héritière du combat de Kimpa MVita, comme l’expression du prolongement de sa vision dans la modernité, bref le moyen de réactualiser intelligemment, le processus de renaissance spirituelle et sociale de l’Espace vie : Mbongi a Kongo. En effet la définition du projet global de Mbongi a Kongo s'inscrit comme un processeur de la renaissance espérée par Mfumu Mvita Kimpa.

Il est important de noter que dans la sphère ngunza actuelle, il existe une institution nommée Kimvuka kia Mvita Kimpa qui tient lieu de loge féminime ngunza. Les ngunza affirment que la naissance de cette loge féminine est le résultat d'une injonction de Mfumu Mvita Kimpa, elle même.

Qu’est ce que Kimvuka Kia Mvita Kimpa ?

Kimvuka kia Mvita Kimpa est la « Loge féminine Ngunza ». Seules des femmes peuvent être membres du Kimvuka. Cette disposition émane de Mfumu Mvita Kimpa elle-même ! C’est dire combien une égression de cette injonction serait dommageable ! Un rituel spécifique rythme les sessions spirituelles des membres. Une invocation spéciale existe pour cette « loge » féminine ngunza ! Cette dernière a été dictée par Mama Mvita Kimpa elle-même ! Kimvuka Kia Mvita Kimpa kienina ntete kia Kimpeve. Les membres suivent une trajectoire codifiée depuis l’adhésion. La maîtrise d’ouvrage est du ressort de la Hiérarchie Spirituelle en l’occurrence Mama Mvita Kimpa elle même ! Elle procède par injonctions, qui tiennent lieu, de cahier des charges et constituent autant d’opportunités. La première fidélité, dans cette loge, va à Mbanza Kongo.